Accueil

AVRIL 2015

RAPPORT DE RECHERCHE

. Olivier Guilmain, « Le Smart Power au secours de la puissance américaine », Rapport de Recherche n°14, Mars 2015.

Comment garder une influence concrète sur les affaires d'un monde en recomposition ? Cette question qui mobilise l'administration Obama depuis son entrée en fonction s'inscrit dans la configuration actuelle du repli relatif américain, lequel n'induit aucunement une abdication de la projection de puissance américaine.

Depuis 2009, une nouvelle réflexion politique et stratégique au sein de l'administration Obama, le Smart Power, s'est offert une place de choix pour permettre, selon les situations considérées, d'opter soit pour l'activation du Hard Power, soit pour le Soft Power. Cette recherche d'efficacité maximale, évaluée au cas par cas selon les conflits et dossiers à traiter, et qui s'inscrit dans un contexte de crise budgétaire interne, exprime-t-elle un sursaut d'orgueil pour l'ancienne hyperpuissance en quête d'une virginité morale et opérationnelle ?

Cette question, qui mobilise l'administration Obama depuis son entrée en fonction, s'inscrit dans la configuration actuelle du repli relatif américain, lequel n'induit aucunement une abdication de la projection de puissance américaine. Depuis 2009, une nouvelle réflexion politique et stratégique au sein de l'administration Obama, le Smart Power, s'est offert une place de choix pour permettre, selon les situations considérées, d'opter soit pour l'activation du Hard Power , soit pour le Soft Power. Cette recherche d'efficacité maximale, évaluée au cas par cas, selon les conflits et dossiers à traiter, et qui s'inscrit dans un contexte de crise budgétaire interne, exprime-t-elle un sursaut d'orgueil pour l'ancienne hyperpuissance en quête d'une virginité morale et opérationnelle ?

Il semble désormais acquis que les États-Unis optent davantage, depuis 2009, pour une posture d'accompagnement (logistique, renseignement, opérations secrètes) dans certains conflits, lorsque les intérêts américains ne sont pas directement en jeu. Le président Obama indique aussi qu'il y aura des cas où les Etats-Unis mobiliseront leurs alliés pour mener des actions collectives, lorsque leurs valeurs se trouveront menacées.

Cette recherche américaine du multilatéralisme, véritable volonté de partager le fardeau des interventions militaires et diplomatiques avec ses alliés, n'exclut pas la volonté d'influencer concrètement les affaires du monde y compris les mouvements sociaux et les régimes politiques, dans les zones jugées prioritaires par Washington. Ceci, sous couvert d'une « promotion de la démocratie » et des droits de l'homme, assurés notamment par des ONG et des fondations « privées» américaines, véritables institutions-relais de la politique étrangère, actives sur tous les continents et financées par des fonds publics. 

Indépendamment de l'évolution lexicologique récente de la diplomatie officielle américaine, quelques exemples d'implications de Washington et de ses ONG-relais - notamment en Ukraine, en Hongrie, en Tchéquie et à Hong-Kong - illustrent le fait que le Smart Power, propose l'utilisation, selon la nécessité, de la coercition (Hard Power) ou la séduction (Soft Power), ce qui constitue une pratique typique de la politique étrangère américaine.

BULLETIN DE DOCUMENTATION

FOREIGN ANALYSIS

NOTES D'ACTUALITÉ

DANS LA PRESSE

COLLOQUES ET CONFÉRENCES

. « Les conséquences de l'affaire Dreyfus sur les service de renseignement français », conférence de Gérald Arboit dans le cadre du Cycle « Centenaire de la Première Guerre mondiale », Direction des services d'archives de Paris, Mercredi 17 juin 2015, 17 h, 18 boulevard Serurier, 75019 Paris.

 

. « 7th Biennial CIISS Conference on Intelligence, Public Confidence and Security », from Thursday 4th, to Saturday 6th June 2015.

This major international conference will bring together scholars of Intelligence Studies, intelligence practitioners in government, in industry and policymakers and commentators at Gregynog Hall, in Wales.

  • Contact and information : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir .
  • Télécharger l'appel à contribution
  • Télécharger le bulletin d'inscription 

SESSION INTERNATIONALE DE FORMATION

Le Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) organise sa Session Internationale 2015 « Management des Agences de Renseignement et de Sécurité  » (MARS), à Paris de début juillet à mi-août 2015.

Première et unique formation de ce type dans le monde francophone, la Session Internationale « Management des Agences de Renseignement et de Sécurité » s'adresse à ceux qui sont destinés à travailler dans ou avec les agences de renseignement et de sécurité ainsi qu'à ceux qui étudient ce domaine dans un but journalistique ou académique.

Elle a pour finalité d'apporter aux participants une connaissance approfondie de la finalité et du fonctionnement des services. L'objectif est qu'ils bénéficient, à l'issue de la Session, d'une vision globale du renseignement, afin de les préparer à diriger, contrôler ou étudier efficacement les services, ou à travailler efficacement avec eux.

ECOUTES RADIO

Disponible chaque semaine en téléchargement sur le site, le bulletin électronique d'actualité RENSEIGNOR, réalisé par Alain Charret, offre un panorama complet de l'actualité du renseignement, du terrorisme, de la criminalité et de l'intelligence économique, dans le monde, grâce à l'écoute des programmes radiophoniques étrangers en langue française.

Les informations données par RENSEIGNOR ne sont pas des analyses : ce sont des relevés d'écoutes radio : la formulation est donc celle des médias cités. Mais ce suivi régulier des programmes officiels étrangers est un excellent baromètre de l'évolution de la situation politique internationale et apporte régulièrement des informations passées inaperçues en France.


Centre Français de Recherche sur le Renseignement
21 boulevard Haussmann, 75009 Paris - France
Tél. : 33 1 53 43 92 44 | Fax : 33 1 53 43 92 92 | Contact